le Tombeau d’Azaleha

  • Accueil
  • > vitrail des cathédreales gothique

Mercredi, novembre 7, 2007

verrière

Classé sous vitrail des cathédreales gothique — azaleha @ 22,17

tiffanymagny.jpg

Autre élément remarquable de la cathédrale, l’immense verrière située dans le transept sud et inaugurée en 1959. Avec ses 25 mètres de hauteur et ses 5 mètres de large, elle incarne là encore l’une des verrières les plus hautes .

Dimanche, octobre 14, 2007

Vitrail Vie Saint Etienne

Classé sous vitrail des cathédreales gothique — azaleha @ 6,03

hist02c.jpg

Vitrail de l’église de Mettray

Classé sous vitrail des cathédreales gothique — azaleha @ 6,01

a000694i2.png

…d’après un tableau de Félix Cottrau (1799-1852).
On peut voir la même scène, sous forme de tableau,
en l’église SaintMaurice de l’Ile-Bouchard.

 

Samedi, septembre 29, 2007

la technique du vitrail

Classé sous vitrail des cathédreales gothique — azaleha @ 5,41

vitrauxjaune2.jpg

LA TECHNIQUE DU VITRAIL

 

L’évolution des techniques permet à ces mosaiques d’abord décoratives de devenir narratives. Grâce à des innovations technologiques la gamme de couleurs utilisées s’étend et le verre opaque et translucide, acquiert une clarté et une transparence qui ne font plus obstacle à la diffusion de la lumière.


Ainsi au XIVème siècle les élements de décor évoluent grâce à l’association de 3 couleurs (noir, brun ou sépia) et par toute une gamme de sels d’argent qui offrent des rehauts transparents ou saturés de différents jaunes (Jaune d’argent). L’artiste verrier peut colorer partiellement le verre en jaune sans recourir à la coupe et à la résille de plomb. Ce jaune d’argent est utilisé pour peindre ainsi des chevelures blondes, des parements de vêtements et les fonds végétaux: sur un verre bleu teint dans la masse, le jaune d’argent permet de composer du vert.


A partir de la Renaissance, l’utilisation d’une teinte transparente et saturée: la sanguine (teinte de carnation) ainsi que des émaux translucides (bleu, vert et violet) permettent la juxtaposition de plusieurs teintes transparentes sur un seul morceau de verre. Les émaux sont des couleurs vitrifiables composées de verre de couleur broyé, mélangé à des borosilicates et à un liant. Le bleu et le vert sont les premières couleurs inventées suivies du violet et du rouge. Cette technique révolutionne l’art du vitrail et celui-ci devient peu à peu un tableau lumineux avec des effets de perspective. A ce titre les verrières de l’église de Montfort en fournissent de très beaux exemples. Alors que vers 1540 le goût pour les verrières en grisaille s’impose dans de nombreuses églises de France, les vitraux de l’église Saint-Pierre éclatent au contraire de mille couleurs…

 

Jeudi, septembre 27, 2007

suite

Classé sous vitrail des cathédreales gothique — azaleha @ 7,28

beauneenfer.jpg

 A l’appel des anges qui soufflent dans leurs trompes, les hommes sortent de terre, l’un après l’autre : ceux qui sont à la droite du Christ se tournent vers lui, se redressent et, répondant à l’appel inscrit dans sa main : «  Venez les bénis de mon Père… » s’orientent vers le Paradis où un ange les accueille avec tendresse ; ceux qui sont à la gauche du Christ se détournent de lui, illustrant l’inscription de sa main gauche :«  Allez loin de moi, maudits… et se « désorientent ».     Ils chutent inexorablement vers l’Enfer. Un enfer où, innovation remarquable par rapport aux jugements derniers des époques romane et gothique, il n’y a pas un seul démon ; ce sont les hommes qui, en se déchirant eux-mêmes, en s’agressant les uns les autres, font leur enfer, et leurs actes mauvais dénaturent leur visage jusqu’au paroxysme sous un « arc-en-enfer » rougeoyant qui suggère l’échec de l’alliance.

Extrait de  » Hotel-Dieu, Hospices de Beaune « , Beaux-Arts Magazine, août 2005, disponible à la bibliothèque de l’Association.

  

le panneau central

Classé sous vitrail des cathédreales gothique — azaleha @ 7,27

beaunelys.jpgbeaunechrist.jpgbeaunebeni.jpg
    Le panneau central est dominé par le fils de Dieu, assis sur un arc-en-ciel avec la Vierge Marie à une extrémité de l’arc et saint Jean-Baptiste de l’autre.
Les pieds du Christ reposent sur une sphère, symbole de l’univers. De la main droite il bénit ceux qui sont sauvés et, de la main gauche, maudit ceux qui sont damnés. Ces deux gestes sont soulignés par des emblèmes appropriés, respectivement, un lis et une épée de flamme

michel

Classé sous vitrail des cathédreales gothique — azaleha @ 7,23

beaunemichel.jpg

 Sous le Christ se tient saint Michel, prince du jugement céleste. C’est lui qui pèse les âmes lors du Jugement dernier et qui emmènera les âmes des élus au Paradis. Il est psychostase et psychopompe.
    Représenté jeune parce qu’il est immortel, et beau parce qu’il est l’incarnation de la justice divine, il tient une balance pour peser les âmes. Celles-ci sont figurées par deux petites figures nues dont les noms sont Vertu et Péchés.
    Le premier est agenouillé et heureux alors que l’autre semble horrifié et crie de terreur.
    SAINT MATTHIEU :  » Il placera les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche.  »

beaute reelle

Classé sous vitrail des cathédreales gothique — azaleha @ 7,21

beauneretable.jpg
    Rogier Van der Weyden alias Roger de la Pasture (1399/1400 – 1464) est un peintre flamand. En 1432, il devient maître de la guilde de Tournai et en 1435 il est nommé peintre de la ville de Bruxelles.
    Il devient rapidement célèbre et reçoit d’importantes commandes, notamment du chancelier Nicolas Rolin. Il se rend en Italie en 1450.

le pouvoir

Classé sous vitrail des cathédreales gothique — azaleha @ 7,16

sanstitre.bmp

La prise de pouvoir de la psychanalyse, au début du XXe siècle, a fait basculer définitivement l’interprétation des rêves du côté de l’intime et de l’introspection, alors que pendant des siècles, et à tout le moins pendant le Moyen-âge, le songe fut un moyen d’expliquer le monde et ses mystères, de prédire le futur ou de deviner le passé.
Dans un contexte théologique, la Bible et la vie des Saints fourmillent de rêves, permettant la médiation de l’homme et de Dieu (ou du Diable), sous une forme peut-être plus acceptable pour le quidam que de véritables apparitions.

C’est ainsi que les vitraux de la cathédrale de Chartres nous montrent de nombreux dormeurs (notons cependant immédiatement que les concepteurs du programme de la vitrerie chartraine n’ont guère versé dans la rêverie légendaire et fantastique, se concentrant sur leurs objectifs théologiques et politiques).

A tout seigneur, tout honneur, Charlemagne est enjoint, dans un songe, par Saint Jacques de délivrer son tombeau à Compostelle.

l’art

Classé sous vitrail des cathédreales gothique — azaleha @ 7,12

La relation qui existe entre le verre et la lumière confère au vitrail une place unique parmi les arts de l’humanité. C’est la réflexion de la lumière qui permet de percevoir la couleur sur une surface peinte; au contraie les couleurs que l’on distingue dans un vitrail viennent de la lumière qui s’y réfracte. Les teintes du vitrail filtrent la lumière, sans la lumière le vitrail perd la vie.
La lumière a été de tous temps associée à la Bonté, à la Révélation et à la Beauté; l’homme en a donc fait l’essence des philosophies et des religions.

L’âge d’or de l’architecture gothique et du vitrail a commencé avec l’Abbé Suger qui voulait orner son abbaye de Saint Denis avec « des vitraux les plus radieux » pour « Qu’ils éclairent l’âme des h

ommes et qu’à cette lumière ils parviennent à comprendre la Lumière de Dieu. »
L’Eglise chrétienne médiévale emploie à dessein les vitres colorées, consciente de ce que la couleur est dotée d’une qualité spirituelle, comme d’un attrait physique.

 

 

l'art  dans vitrail des cathédreales gothique vitraux_intro
12

toc toc...... y a quelqu'un... |
Rageux attitude |
Le Clafoutis |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gaëlle mon ange
| Fleur de l'adolescence ...
| Marquise des ombres