le Tombeau d’Azaleha

Dimanche, octobre 28, 2007

Bonjour chers amis!

Classé sous halloween — azaleha @ 21,02

bonjour mes ptits bouts comment allez vous aujourd’hui ?

ahah ont se rapproche d’halloween !! pour ma part je vais ala grande soirée a liege au caves de cornillon ^^ et vous allez va un petit gif :-p 

 

dyn005original417261gif259526611e2e69837b59155390ecd9e98c1cb35.gif

Mercredi, octobre 24, 2007

:-)

Classé sous halloween — azaleha @ 6,28

dijxtu941.gif

encore lol des gifs :-p

Classé sous halloween — azaleha @ 6,26

86sekb9s.gif

encore un petit pour continué

Classé sous halloween — azaleha @ 6,24

o3vsted0.gif

 

allez encore pour le plaisir n’hesitez pas a les prendres lol  

Jeudi, octobre 18, 2007

halloween

Classé sous halloween — azaleha @ 6,33

dyn004original300400gif259526612bf809d63589164f20d9e64ea5a375c.gif

 

L’Halloween est une fête traditionnelle américano-canadienne qui prend sa source dans une lointaine fête celtique : il y a 2000 ans, les Celtes fêtaient, pendant trois jours, le changement d’année – appelé Samonios en Gaule, Samain en Irlande – aux environs du 1er novembre. Importée, pour finir, sur le continent nord-américain par les immigrants catholiques irlandais – l’Irlande ayant été évangélisée très tardivement au VIe siècle, c’est le pays où la fête de Samain a subsisté le plus longtemps.

Son nom actuel est une altération de All Hallow’s Eve, qui signifie littéralement : « la veille de la fête de tous les saints », c’est-à-dire la veille de la fête chrétienne de la Toussainthallow » est une forme archaïque du mot anglais « holy » qui signifie : « saint »). (« 

Symboles [modifier]

Le principal symbole d’Halloween est la citrouille, remplacée quelquefois par un potironJack-o’-lantern en anglais) : on le découpe pour y dessiner, en creux, un visage, puis on place une bougie en son centre. Meme s’il y a une tradition des Îles Britanniquesrutabaga, d’un mangelwurzel ou d’un navet, la pratique fut associé à Halloween en Amérique du Nord, où la citrouille était plus large et plus facile à sculpter. ( consistant à sculpter une lanterne à partir d’un

L’imagerie qui entoure Halloween est largement un amalgame de la saison d’Halloween elle-même (saison où la nuit atteint son maximum), d’un siècle ou presque de représentations artistiques (notamment dans les films américains), et une volonté mercantile de commercialiser ce qui a rapport au sombre et au mystérieux. Ceci implique généralement la mort, la magie ou des monstres mythiques. Les personnages couramment associés à Halloween sont les fantômes, les goules, les sorcières, les vampires, les chauves-souris, les hiboux, les corbeaux, les vautours, les maisons hantées, des personnages à tête de citrouille, les chats noirs, les araignées, les goblins, les zombis, les momies, les squelettes, les loup-garous et les démons. Surtout en Amérique du Nord, le symbolisme est inspiré par les classique du cinéma d’horreur, avec des personnages comme Dracula, le monstre de Frankenstein, le Loup-Garou et la momie. Les maisons sont souvent décorées avec ces symboles.

L’orange et le noir sont les couleurs traditionelles d’Halloween. Dans les produits et les images plus récentes, on retrouve aussi du mauve, du vert et du rouge. L’usage de ces couleurs est en partie du a leur usage dans les publicités ayant rapport à cette fête depuis plus d’un siècle.

Passer Halloween (trick-or-treating) [modifier]

L’évènement principal d’Halloween dans le style nord-américain est le trick-or-treating, dans lequel les enfants se déguisent et vont de porte en porte dans leur voisinage en sonnant à chaque porte et en criant « trick or treat » (des bonbons ou un mauvais sort), ou parfois seulement « Halloween ». Même si cela ressemble a une tradition plus ancienne en provenance d’Écosse et d’Irlande[1], la collecte rituelle d’Halloween apparaît seulement au début du XXe siècle en Amérique du Nord, et s’est peut-être développée indépendamment. Les habitants de la maison (eux-mêmes souvent déguisés) donnent des friandises, des barres de chocolat, et parfois même des boissons gazeuses. Certaines personnes utilisent des effets sonores et de la fumée pour ajouter à l’ambiance.

UNICEF [modifier]

La Collecte pour l’UNICEF est devenu un habituel durant l’Halloween en Amérique du Nord. Débutant en 1950 comme évenement local dans une banlieue de Philadelphie, le programme consiste en la distribution de petites boîtes aux écoliers, avec lesquelles ils peuvent solliciter des dons en visitant les maisons. On estime que les enfants on amassé plus de 119 millions de dollars US pour l’UNICEF depuis le début du programme. En 2006, l’UNICEF retira ces boîtes dans certaines parties du monde, citant des problèmes administratifs et de sécurité.[2]

Jeux et autres activités [modifier]

Nourriture [modifier]

(le reste du chapitre est en traduction)

Une tradition qui a survécu jusqu’a nos jours en Irlande est la cuisson (ou l’achat) d’un barmbrack (en irlandais : « báirín breac« ), un gâteau aux fruits léger. Un anneau est placé dans le gâteau avant la cuisson. On dit que quiconque trouve l’anneau va trouver le véritable amour durant l’année[3]

D’autres aliments associés à la fête:

  • blé d’inde en bonbon
  • Báirín Breac (Irlande)
  • Colcannon (Irlande)
  • bonfire toffee (au Royaume-Uni)
  • Toffee Apple (en Australie; en Grande-Bretagne à la place des « Pommes d’amour« )
  • cidre chaud
  • blé d’inde sucré rôti
  • beignets
  • popcorn
  • graines de citrouille rôties
  • tarte et pain à la citrouille
  • bonbons en forme de crânes, citrouille, chauve-souris, vers, etc.

Halloween dans le monde [modifier]

Amérique du Nord [modifier]

Il y a quelques villages où c’est le curé qui décide quand a lieu l’Halloween, donc on ne le fête pas tout le temps le 31 octobre. À d’autres endroits, la fête a (ou avait) lieu pendant la Mi-Carême[4]. Au Michigan et à certains endroits des Maritimes, certaines personnes prennent très à coeur l’aspect «mauvais coups» de la fête. Il y a des actes de vandalisme tels que le toilet papering ou des incendies de voitures.

Irlande [modifier]

Écosse [modifier]

L’Écosse, ayant une langue et une culture gaélique commune avec l’Irlande, célèbre le festival de Samhain depuis des siècles. Robert Burns fit un portrait des différentes coutumes dans son poème Hallowe’en (1785).

L’Halloween, connu en Gaélique écossais sous le nom de Oidhche Shamhna, consiste principalement en des enfants déguisés (souvent en sorcière ou en fantôme) faisant du porte-à-porte et offrant des divertissement variés. Si la performance est apprécié , les enfants sont récompensés avec des bonbons, des fruits ou de l’argent. Il n’y a pas de tradition du ‘trick or treat’ écossaise.

En Écosse, le folklore, incluant l’Halloween, est centré sur la croyance envers les fées. Les enfants se costument et transportent une « Neepy Candle », un visage diabolique gravé dans un rutabaga (neep en anglais) évidé, éclairé de l’intérieur, pour effrayer les mauvaises fées.

Un jeu d’enfants populaire durant cette soirée est celui où l’on doit attraper une pomme dans un bac d’eau en utilisant seulement sa bouche. Un autre jeu consiste à essayer de manger, en ayant les yeux bandés, un pain enrobé de mélasse pendant au plafond par une ficelle.

Angleterre et Pays de Galles [modifier]

France [modifier]

Halloween est arrivé massivement en France dans les années 1997. Dès le début, certains Français critiquent Halloween considérant cette tradition récemment importée des États-Unis d’Amérique comme une « opération marketing ». Elle acquiert cependant un large soutien populaire, et les magasins se remplissent d’articles dédiés (costumes, citrouilles, bonbons). Depuis 2005, la fête semble moins pratiquée, et en 2006 le quotidien Le Parisien titre même « Halloween est Mort »[5]. Cet avis de décès est repris par une grande partie de la presse qui claironne qu’il ne s’agissait que d’un phénomène passager, ayant culminé vers 2000 et dont l’influence baisse constamment depuis. En 2006, à la veille de la fête d’Halloween, de nombreux médias font état d’une mort d’Halloween : « Halloween, in et out » (l’Express), « La citrouille a la pêche aux États-Unis, pas en Europe » (20 minutes), « La Toussaint a éclipsé Halloween » (Catholique.org), « Halloween boit le bouillon » (Libération). Toutefois, si ces annonces manquent de sources statistiques précises, les rayons des supermarchés français sont moins fournis en objets destinés aux célébrations d’Halloween. D’ailleurs tandis que les responsables catholiques se félicitent du succès des Holy wins, la fête concurrente (voir ci-après), une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (CREDOC), commandée par la Chambre syndicale nationale des arts funéraires et datée de 2005, fait apparaître une récente augmentation du succès commercial de la fête de la Toussaint. En tout état de cause, au mois d’octobre, les confiseurs vendent leurs bonbons en indice 130 contre 100 les autres mois, ce qui démontre bien le succès de la fête, certes plus provincial que parisien.

Malte [modifier]

L’Halloween n’a jamais été célébré à Malte jusqu’à tout récemment, où sa popularité a augmenté à cause du grand nombre de bals costumés organisés le soir d’Halloween, surtout courus par les adolescents et les jeunes adultes. Il n’y a virtuellement personne qui distribue des bonbons ou qui passe dans les maisons[réf. nécessaire].

Chine [modifier]

Halloween n’est pas célébrée traditionellement en Chine, mais il existe une fête proche, la Fête des fantômes.

Océanie [modifier]

Les Caraïbes [modifier]

L’Halloween n’est presque pas célébré dans les Caraïbes. Par contre, comme en Australie et en Nouvelle-Zélande, l’évènement est connu et gagne en popularité.

Dans certaines régions des Antilles britanniques, il y a des célébration en l’honneur de la Nuit de Guy Fawkes qui ont lieu aux environs de l’Halloween.

Sur l’île de Bonaire, les enfants d’une ville se rassemblent en groupe, et contrairement aux autres endroits du monde, ils passent l’Halloween dans les confiseries, au lieu de faire du porte à porte.

Controverses [modifier]

Religion catholique [modifier]

L’arrivée d’Halloween, fête païenne proche de deux fêtes chrétiennes, la Toussaint (le 1erjour des Défunts (le 2 novembre) a fait réagir L’Église catholique. Elle a constaté qu’avec Halloween une population non chrétienne s’intéresse au sens de la mort. Pour rappeler le sens de la Toussaint catholique, le diocèse de Paris a instauré, depuis 2002, une manifestation festive baptisée Holy wins (« Ce qui est saint est victorieux »). Des centaines de personnes y participent chaque année. novembre) et le

Sécurité [modifier]

La fête ayant lieu le soir, certaines règles de sécurité sont conseillées, comme par exemple porter des maquillages au lieu de masques, traverser aux intersections, etc[6]. Pourtant, à chaque fête d’Halloween, il y a des rumeurs persistantes selon lesquelles des gens introduiraient du poison ou des objets dangereux (lames, aiguilles) dans les bonbons. Certains postes de police organisent même une inspection gratuite des friandises. Il n’y a en fait jamais eu de véritable cas d’empoisonnement ou de blessure, la plupart étant des canulars ou ayant été commis par la propre famille des enfants. On continue pourtant de voire à chaque année des reportages avertissant les gens du danger. Certains parents vont même jusqu’à suivre leurs enfants dans leur collectes, et les obligent à se déplacer en auto, même pour de courtes distance[7].

Santé [modifier]

Orthographe [modifier]

Au Canada français, la façon acceptée d’écrire le nom de cette fête est l’Halloween. Par contre, Halloween est utilisé en France et dans les pays anglophones. D’après l’Office québécois de la langue française, En dépit de la majuscule qui caractérise en typographie les noms de fêtes civiles ou religieuses, ce terme est parfois attesté avec une minuscule. D’autre part, même si le mot est d’origine étrangère, l’« h » initial est muet, ce qui entraîne son élision, par exemple dans l’expression des bonbons d’Halloween.

Fictions [modifier]

Comme tout rite américain (par exemple, Thanksgiving), la fête d’Halloween est le prétexte d’un nombre important d’œuvres, notamment cinématographiques dont voici quelques exemples :

Les feuilletons et séries télévisés américains ont souvent un épisode consacré à Halloween, quand ce n’est pas plusieurs (voir Les Simpson par exemple, ou encore la série Friends).

Dans Buffy contre les vampires, Halloween est le jour que les « démons » détestent, le jour où ils préfèrent ne pas sortir de chez eux, révoltés à l’idée de ne pas être suffisamment pris au sérieux et d’être dévalués par une manifestation commerciale. Ce qui est un curieux contresens : dans la tradition celtique, la fête de Samain était justement celle de la réunion du monde visible et du monde invisible, le jour de l’année où les vivants pouvaient avoir accès à l’« Autre Monde ».

soit quelques gif pour vous reguir de ce jour ou tout est possible ..

r0fe1v3c.gif

 

 

toc toc...... y a quelqu'un... |
Rageux attitude |
Le Clafoutis |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Gaëlle mon ange
| Fleur de l'adolescence ...
| Marquise des ombres